Sur les routes de Suède : le Bohuslän



Après la mini-tempête de neige de la veille, c'est sous les rayons du soleil, encore un peu faible, que l'on se réveille... Jusque là, on l'a souvent eu le matin au lever, pour le voir disparaître peu après. On prend nos repères, les environs paraissant assez différents maintenant, à la lumière du jour. On se dépêche de prendre notre petit-déjeuner et on file sur la route : pas de grosse journée route au programme comme ces deux derniers jours, mais on voudrait profiter un peu de ce soleil... On va même sortir les lunettes de soleil pour l'occasion, histoire de dire que si, on les a mises (enfin quand je dis "on", c'est surtout moi puisque l'homme a oublié sa paire à la maison...). Le visage collé à la vitre, à regarder et dévorer le paysage encore bien enneigé, je garde mon doigt sur la carte, à suivre notre avancée comme si celle-ci allait me révéler tous ses secrets. La radio commence à crépiter... La frontière norvégienne n'est plus très loin et les premières interférences nous le rappellent... On n'ira pas jusque là, on tournera bien avant de pouvoir rejoindre Oslo : le premier panneau indiquant le Bohuslän apparaît juste avant.
Le Bohuslän, c'est un peu la raison de ce roadtrip... Ces images d'îles, qui, telles des perles enfilées les unes à la suite des autres pour former un collier, s'enchaînent sur toute la côte... Parfois vierges, parfois avec les fameuses cabines rouges... Et pourtant, notre première image de la région ne se fera pas côté mer, mais bien côté terre, avec Tanum et ses gravures rupestres.

La région du Bohuslän est particulièrement riche en vestiges préhistoriques, entre les gravures et les regroupements de pierres formant soit des dolmens, des champs de sépultures ou même des navires... À Tanum, les gravures sont faites sur des dalles de granite au début de l'âge du bronze (entre 1800 et 500 ans av. J.C.) et s'étalent sur des kilomètres... Les motifs sont assez similaires, reprenant pas mal des thèmes agricoles et de chasse... et de navires. Même si à l'heure actuelle, Tanum n'est pas vraiment au bord de la mer (il faudra faire encore des kilomètres pour la voir), à l'époque, elle était beaucoup plus proche et surtout plus haute (25m de plus qu'aujourd'hui)... Le climat était aussi quelque peu différent, comparable à celui actuel du sud de la France... En voyant le tas de neige et de glace autour de nous, on ne peut s'empêcher de sourire et se dire que ça a bien changé en 3 000 ans. On s'avance en faisant bien attention à ne pas glisser : si les sites sont très bien aménagés, la présence de grosses plaques verglacées nous oblige à faire un peu plus attention. Les gravures étant majoritairement au sol (et donc en plein air), on espère qu'on arrivera quand même à en apercevoir quelques unes... La plupart des gravures actuelles ont été repeintes en rouge, pour plus de lisibilité et avec le contraste de la neige, très vite, on arrive à en repérer quelques unes... Parfois bien nettes, parfois emprisonnées sous la glace et la neige. Le site est calme, avec juste le bruit de la neige qui tombe des arbres et du "scrouinch-scrouinch" habituel quand on marche dessus... Comme prévu, beaucoup de chasseurs, de navires... En continuant sur le chemin, on finira par arriver aussi sur une des sépultures... Le tas de pierres, déjà relativement de taille respectable, était à l'époque bien plus impressionnant et plus haut : pas mal de pierres ont été prises pour être utilisées pour des constructions entre temps. On continue notre petit tour mais plus on s'enfonce en forêt et plus les gravures semblent jouer à cache-cache.







Heureux d'avoir pu en voir, on laisse ce petit écrin protégé par tout ce blanc et on retourne vers la voiture... Cette fois, direction la côte. Les premières îles commencent à défiler, plus îlots et rochers qu'île à proprement parler... On opte pour la route scénique, celle qui suit le bord de mer... Si la grande partie est accessible en voiture, il n'y a en général aussi qu'une route qui s'arrête parfois à un port, parfois au milieu de nul part... Ça tombe bien, le soleil est toujours là et on a envie de se dégourdir un peu les pattes. Comme jusque maintenant, on ne croise pratiquement personne sur les routes ou dehors...
Tjärnö, Ravö, Resö... Là, on tombera sur un petit village de pêcheur et son port... Il fait soudainement froid, avec un vent à nous glacer les os : le soleil s'est caché derrière les nuages et on le ressent immédiatement... Je sors me balader sur le port et rencontre un pêcheur, qui apparaît à la fois horrifié par ma tenue sans manteau (laissé dans la voiture) et amusé par ma prudence sur la glace... On discute un petit peu, le temps pour lui de vérifier que je ne suis pas perdue et de charger tout son matériel sur le bateau : la sortie en mer est finie, l'heure de rentrer au chaud avant qu'il ne se remette à neiger... Pour l'instant, le temps se maintient mais la lumière commence à en effet blanchir et s'intensifier à la fois, comme la veille... Je retourne au chaud à mon tour et je reprends ma carte. On fera encore des petits arrêts, voir les chevaux sur le bord de la route ou marcher un peu sur les îles...





























Et puis, au détour d'un gros rocher, on finit par surplomber une petite ville toute colorée... Fjällbacka. La bouche en forme de o, je tombe immédiatement amoureuse de ce village... Il commence à neiger, juste quelques flocons... C'est absolument sublime. On se dépêche d'arriver pour pouvoir se balader et profiter de cette ambiance un peu féerique avant qu'il ne fasse trop sombre. On arrive devant notre villa et là, petit moment de panique : personne. Pas de réseau téléphonique. Rien. Avant de réaliser qu'Evalotta, notre hôte, est simplement juste à côté, dans son salon de coiffure : on est accueilli par un grand sourire et ses cheveux couleur parme, vraiment magnifique et qui colle à merveille avec l'image colorée de ce village en bord de mer. Elle nous apprend qu'on aura la villa entière pour nous (les joies de la saison basse) donc autant en profiter. On monte les escaliers et tel un papillon attiré par la lumière, je viens me coller à la porte-vitrée donnant accès au balcon : la vue est superbe... Avec un petit sourire, elle nous fait la visite guidée de la maison, gigantesque, et nous donne quelques conseils pour notre (très) prochaine balade qu'elle devine... On a à peine déposé les sacs à dos qu'on file dehors... En langage émoticône, je serai ce smiley avec le gros sourire et les coeurs à la place des yeux! J'ai l'impression de me balader dans un comte de fées, entre ces couleurs pastels et cette neige qui tombe... La buée et les flocons qui collent à l'objectif rendent l'activité photographique un peu compliqué, mais peu importe, j'ai la tête qui tourne de partout... On dit souvent que la neige magnifie les paysages... Fjällbacka n'en a probablement pas besoin, mais sous son manteau blanc, impossible de ne pas tomber amoureux de son charme et son ambiance complètement magique...
Je sens que le départ demain va être compliqué..





























14 commentaires:

  1. C'est très différent de ce que j'ai vu en été!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes... Pour avoir fait mon programme à partir de photos estivales, je reconnaissais parfois à peine les endroits, alors je n'ose pas imaginer pour toi qui y a été!

      Supprimer
  2. Ton article est agréable à lire... on se croirait dans un récit ! J'adore tes photos ! Les lieux ont l'air magnifiques et vraiment dépaysants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emmanuelle, ton petit message me touche beaucoup :) C'est un coin très dépaysant et surtout, reposant (du moins en basse-saison). J'espère que la suite te plaira autant.

      Supprimer
  3. nous y sommes allés en famille il y a plus de vingt ans et nous en gardons tous un très très bon souvenir . c'était à peu près fin avril et nous avons pu très largement admiré les carvings (gravures sur le granit) couché à fillsbacka le tout sous un bon soleil bien frisquet avec de temps en temps de restes de neige de l'hiver. nous avons fini enfin à Smogen nous régaler de crevettes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a fini aussi à Smögen... mais le lendemain ;)
      Je me demande si ça a beaucoup changé en 20 ans... j'imagine que oui et en même temps, ces villages semblent tellement être dans une bulle, à l'abri du reste que je n'en suis pas trop sure.
      Merci pour ces jolis souvenirs!

      Supprimer
  4. Alala ça me fait rêver! J'ai vraiment envie d'aller là bas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que la suite te plaira autant parce que toute la côte est vraiment belle :)

      Supprimer
  5. Ces paysages font rêver ! Très belles photos, j'aime beaucoup ta façon d'écrire :-)

    RépondreSupprimer
  6. Superbes photos ! Ça donne envie de partir ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Morgane! J'espère que la suite te donnera tout envie d'y aller!

      Supprimer

 

/ Let's keep in touch










/ Coming Next...

Mars - Copenhague - Malmö - Bohuslän
Avril - Saint Malo, Bretagne (WAT17)

Mai - Voyage avec la Boucle Voyageuse à Cuba

Août - Voyage entre copines
Octobre - Roadtrip du côté des Balkans...