Tome 34 : Islande (Part. II)



Et c'est parti pour notre deuxième étape en Islande, avec au programme beaucoup de route (près de 1000 km avalés en une journée)... et donc attention, une orgie de photos se prépare (avec du texte un peu entre, pour faciliter la digestion).
Alors certains me diront : pourquoi tant de km en une journée? Ben, fallait bien rentabiliser le peu de jours (4,5 pour être exact) qu'on avait et faire rentrer mon programme dans ce laps de temps... Et j'aime autant vous dire que cette étape, elle était marquée d'un gros "plutôt me baigner dans un geyser que de ne pas la faire" (oui, je ne fais pas dans la demi-mesure). Mais je suis sure que vous allez comprendre pourquoi.


. Reykjavik - Vik
C'est donc de bonne heure et sous un soleil de haute compétition qu'on est parti de Reykjavik pour rejoindre notre premier point, le village de Vik, au Sud. Normalement, on avait déjà fait ce tronçon là en hiver, donc on était un peu en terrain connu... Dans les faits.... Bon on a reconnu certains paysages, les cascades et le village de Vik... Le reste... Encore plus que la veille, le contraste a été saisissant, un peu comme si on était passé d'une photo Noir et Blanc à une peinture bien colorée.
Plus de blanc à perte de vue, mais du vert un peu partout, saupoudré de marron glacé, de bleu, de noir cendré et de jaune blé. Plus de tempête de neige, mais un soleil de plomb (ce qui, pour info,  est assez rare dans le coin, puisqu'on se trouve dans le panier à pluie du pays).











. Seljalandsfoss
Premier petit arrêt pour voir la cascade de Seljalands... Les cascades en Islande sont un peu ce que sont les canaux à Amsterdam : y'en a tellement que c'est pratiquement impossible de s'arrêter à chaque fois.... Mais Seljalandsfoss a une petite particularité bien à elle : on peut passer derrière. Et autant en hiver, vu le tas de glace et le peu de luminosité, je n'ai pas testé... autant cette fois, je n'allais pas passer à côté. Alors attention, le terrain est assez glissant.. mais une fois qu'on passe du côté obscur de la force, on se dit que ça valait bien l'expérience.









Eyjafjallajökull, version en repos









. Vik
Dernier point connu de notre périple de la journée : Vik et ses plages de sable noir... et personne à l'horizon... Si j'avais adoré la version tempête de neige menaçante, j'ai tout autant aimé cette version Vamos a la Playa. Le paysage parait un peu moins lunaire et chaotique... on se laisse emporter par le bruit des vagues contre les rochers, on s'extasie devant le contraste vert vs noir, on met les mimines dans l'eau frigorifique (j'ai pas osé enlever les chaussures), on profite de cette immense plage qu'on a juste pour soi, on fait coucou à nos amis trolls de Reynisdrangar (les aiguilles rocheuses qu'on voit dans l'eau) et on ferme les yeux un instant en laissant le soleil nous bercer (et nous réchauffer contre ce maudit vent un peu frais).















(Pour voir la version Tempête de Neige)

. Vik - Jökulsárlón
Partie inédite cette fois... et c'est donc les yeux grands ouverts qu'on s'aventure sur cette nouvelle portion. Et croyez-moi, il vaut mieux les garder grands ouverts parce que le paysage change radicalement en l'espace de quelques kilomètres... On passe du "circulez, y'a rien à voir à part des cendres", à "oh du vert! oh mais quel magnifique bouchon de lave au loin" quelques mètres plus loin, "tiens donc, de l'herbe et des cendres", "oh mais c'est un super champs de lave ça... enfin recouvert de mousse maintenant, mais champs de lave quand même" et "un champs de blé, au milieu de nul part".
Et puis des fois, on voit ce que l'homme appellera de la brume et ce que j'appelle une tempête de sable/cendre/poussière (on va dire qu'il était concentré à conduire). Et puis d'un coup, on arrive au pied de Vatnajökull, le plus grand glacier d'Europe... et là, on se sent minuscule (enfin encore plus).































. Jökulsárlón
Et nous voici enfin arrivé à la destination finale, Jökulsárlón... Pour faire simple, il s'agit d'un lagon qui s'est formé au pied de Vatnajökull (le glacier de juste avant) et qui se jette dans la mer... Mais particularité : des morceaux de glacier finissent par se détacher de la langue glacière et aller dans le lagon, formant des icebergs plus ou moins gros... L'endroit est vraiment magique et malheureusement, peu photogénique quand on sait à quel point le spectacle est grandiose. Plus de bataille entre le vert et le noir : cette fois, c'est le bleu turquoise contre le blanc... et parfois, la cendre récente et le sable noir viennent se mélanger à ce blanc pure, renforçant le contraste.
On peut se balader en bateau amphibie sur le lagon, c'est assez rigolo (surtout quand on finit les pieds trempés à cause du courant trop fort). Mais surtout, après le lagon, il y a la mer... et là, on voit des icebergs s'échouer sur la plage de sable noir. Et vu la beauté du spectacle, ce serait dommage de ne pas en profiter (surtout que les cars d'excursion ont tendance à ne pas y aller) alors que c'est juste à côté.











































. Skaftafell
Cette fois, retour sur Reykjavik, mais avec un arrêt stratégique au parc naturel de Skaftafell, pour aller voir la cascade de Svartifoss (et ses colonnes de basalte). Si vous aimez un peu la randonnée, c'est à voir, ne serait-ce que pour le paysage à 360 degrés. Comme le parc se trouve le long du glacier et en hauteur, on surplombe une partie de la langue glaciaire et surtout, la route qui va du lagon à Vik.































. Dyrhólaey
Dernier arrêt sur le chemin du retour avec Dyrhólaey, juste derrière Vik (ou devant, en fonction de où l'on vient). Ici, c'est le paradis des macareux... mais comme fin Août, ils repartent au large, on n'en a malheureusement pas trop vu (juste celui sur l'avant dernière photo). Mais le paysage reste magnifique, surtout avec le soleil tombant (on a l'impression que c'est le coucher de soleil, mais ceci n'est qu'une illusion). On y revoit nos amis les Trolls dans la mer, les formations de colonnes de basalte et la plage de sable noir... le tout sans un chat (juste des moutons et des macareux au loin).












11 commentaires:

  1. comme le précédent commentaire , superbe !

    RépondreSupprimer
  2. C'est magnifique, des paysages d'une beauté inégalée...

    Bises!

    M.

    RépondreSupprimer
  3. Moi je trouve que tu as très bien sur faire devenir le lagon photogénique!
    superbes photos qui me donnent encore une fois d'y aller!

    Bisous!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te promets, c'est plus impressionnant en vrai. Les détails rendent bien, mais les photos générales ne rendent pas tout à fait comme j'espérais. Ceci dit, le vent n'a pas aidé ;) Remarque, ça sera une excuse pour y retourner!
      Bisous!!

      Supprimer
  4. merci pour ton passage et ton commentaire :)
    & pour le petit renard, ajoute le à ta liste de noêl, si t'en a pas c'est l'occasion d'enfaire une & après la donner au chéri (comme j'ai fait!)
    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas bête... mais la liste risque d'être longue, haha ;)

      Supprimer
  5. Je découvre ton blog et tes photos MaGniFiQues!!!!! Je ne m'en lasse pas! Par curiosité tu utilises quoi comme appareil et objectif? Je voyage de temps en temps et aimerais faire d'aussi jolie photos que toi ou en tout cas essayer ^^ bizz.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hiiii, merci, c'est vraiment adorable!
      Au niveau de l'appareil photo, j'avais un Canon EOS 450D (pour les photos ci-dessus), avec un objectif 18-55mm (pour les close-up, notamment au niveau des glaciers, j'ai dû utiliser un téléobjectif 75-300mm). Je n'ai jamais pris de cours ou vraiment lu de livres sur la technique, donc j'expérimente pas mal avec mon réflexe et voit ce qui marche (ou pas).
      Merci pour ton petit message en tout cas :) :)

      Supprimer
  6. Merci pour ta réponse super rapide!!! On a le même appareil mais pas ce qu'il faut en objectif! Va falloir que j'y remédis! biz. Je réitère les photos sont magiques ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3
      Tu as quoi comme objectif? Le 18-55mm est je pense le plus pratique (à la fois pour les paysages et portraits).. y'a des situations où un téléobjectif ou un grand angle serait mieux, mais la plupart du temps, le 18-55mm suffit largement.

      Supprimer

 

/ Let's keep in touch










/ Coming Next...

Mars - Copenhague - Malmö - Bohuslän
Avril - Saint Malo, Bretagne (WAT17)

Mai - Voyage avec la Boucle Voyageuse sur une île...
Août - Voyage entre copines
Automne - Roadtrip dans les Alpes