Tome 33 : Islande (Part. II)



La deuxième étape de notre escapade islandaise fut le classique "Golden Circle" (classique, car presque impossible d'y échapper): Þingvellir - Geysir - Gullfoss. Si vous allez en Islande, ne serait-ce que pour un weekend, c'est le tour à faire puisqu'il résume à lui tout seul ce petit bout de territoire.



Þingvellir
Pas très loin de Reykjavik (comptez une heure de route, voire plus si comme nous, vous avez de la neige fraichement tombée de la veille (tiens, vous ai-je dis qu'il avait neigé?!) et que la DDE locale n'a évidemment pas eu le temps de dégager pour cause de route secondaire), se trouve la plaine de Þingvellir (Thingvellir). C'est là que la séparation (rift) entre les plaques tectoniques américaines et eurasiennes émerge aux yeux de tous (même si la neige essaye de cacher un peu toutes les failles dans la roche). Officiellement, on peut marcher sur cette faille (qui grandit chaque année de 2cm)... mais pas quand il neige (= terrain glissant).
De la plaine, on peut voir le lac Þingvallavatn (le plus grand d'Islande) qui est la suite logique de cette dérive des continents: l'eau s'est engouffré suite à un effondrement du sol. Et histoire de rajouter un peu à ce paysage de chaos, on peut voir (si le temps le permet) toute une série de volcans en arrière plan... et tout de suite, on fait moins le malin face à tout ça. Surtout si vous êtes seuls face aux éléments (on a eu la chance d'être un groupe d'une dizaine de personnes... en été, comptez 50 cars pour le même endroit).
Parce que franchement, se retrouver face à cette immense étendue blanche, au milieu de nul part avec pour seul bruit le vent qui s'engouffre autour de vous, c'est quand même impressionnant... et très reposant.


(A gauche: l'Europe - A droite: l'Amérique)











Geysir
Dans la famille "phénomène volcanique", voici les geysers. Il s'agit d'une source d'eau chaude (comptez entre 80 et 100 degrés) qui jaillit en projetant au passage vapeur et eau très chaude. Sans non plus rentrer dans les détails, la source d'eau chaude rentre en contact avec une structure rocheuse (souterraine) qui est elle-même à température élevee: de cette rencontre nait un bouillonnement qui fait pression sur les conduits jusqu'à la surface jusqu'à exploser à la surface. La star des geysers était Geysir, aujourd'hui éteint (mais vous aurez remarqué que c'est lui qui a laissé son nom au phénomène)... mais pas de panique, la plaine d'Haukadalur a plein d'autres geysers, dont Strokkur qui a pris la relève de son grand frère. Il parait qu'il est moins impressionnant... mais on se contente très bien de ce qu'on a sous la main.
Comme pour Þingvellir, on a eu la chance de ne pas trop avoir de touristes dans les jambes et donc de profiter pleinement des explosions de Strokkur.
Un conseil: pensez bien à vérifier le sens du vent, si vous souhaitez éviter de vous faire doucher par ce coquin... et ainsi éviter de puer l’œuf pourri pour le reste de votre excursion (vos camarades de car seront ravis). Parce que le souffre, ça sent très fort et vu que ça fume dans tous les coins à cet endroit, vous comprendrez bien que niveau odeur, ça prend vite les narines!














Gullfoss
Et pour finir, voici le chapitre "La Nature Islandaise veut ta peau" avec la cascade Gullfoss (Chute d'or - Y'a pas à dire les Islandais savent choisir des noms qui claquent). De loin ou à l'intérieur du van, ça parait assez inoffensif... Grave erreur! D'une, j'ai jamais vu un vent qui t'en voulait autant. De deux, quand tu essayes de t'approcher du bord pour voir le fond, le vent te repousse. De trois, l'écume formée t'empêche de voir le fond de la chute mais n'oublie pas de remonter vers toi en forme de bourrasque avec plein de morceaux de glace dans la tronche (ça t'apprendra à vouloir t'émerveiller ma petite). Et enfin, tout est super méga glissant. Ce qui fait que, même si ça ne se voit pas sur les photos, ben admirez-les parce que croyez-moi, ce fut un peu mission impossible... et qu'accessoirement, il a fallu nettoyer 3 fois l'objectif pour enlever les particules de glace et avoir une photo à peu près nette.
Et donc, si tu n'avais toujours pas compris que c'est Mère Nature qui décide, crois-moi, tu la ramènes un peu moins après.







4 commentaires:

  1. Oh dis !!! Ca marche !!!!
    Magnifiques, les photos, ça fait rêver (si on ne craint pas le froid, oui... :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeees! Merci pour ton aide :)
      Je crois que c'est l'excursion où on a ressenti le plus le froid (enfin si on met de côté le cas "je me balade à minuit au milieu de nul part pour voir des aurores") parce qu'on commençait vraiment à entrer en intérieur, là où les températures commencent à sérieusement chuter... et que malgré le soleil, on a eu droit à un vent glacial.

      Supprimer
  2. La cascade et le geyser doivent valoir le coup d'oeil :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout que pour la cascade, tu luttes vraiment si le vent est de la partie ;)

      Supprimer

 

/ Let's keep in touch










/ Coming Next...

Mars - Copenhague - Malmö - Bohuslän
Avril - Saint Malo, Bretagne (WAT17)

Mai - Voyage avec la Boucle Voyageuse à Cuba

Août - Voyage entre copines
Octobre - Roadtrip du côté des Balkans...