Roadtrip dans les Balkans : les lacs de Plitvice



Plitvice... C'est un nom qui m'a souvent fait rêver : un parc avec une multitude de cascades et de lacs, une eau à la couleur turquoise... Ma définition de paradis. C'est à l'origine la raison pour laquelle je voulais tant venir en Croatie.
Et puis, on a fait Krka. La veille de Plitvice. J'avais un peu peur, comme souvent quand on a vu des endroits en photographie des centaines de fois : est-ce que ça va être aussi beau? est-ce que je vais quand même avoir cette petite boule au ventre, cette excitation quand on découvre un tout nouvel endroit? Et est-ce que ça ne va pas être trop redondant avec la veille? Je savais que c'était un risque en préparant le roadtrip... mais au final, je voulais vraiment voir ce parc.
Après notre grasse matinée de la veille, le réveil paraît bien moins douloureux... Le petit-déjeuner sur le toit, au lever du soleil... De quoi commencer la journée parfaitement. Il fait déjà si bon, on a du mal à croire qu'on est pourtant fin octobre. On quitte notre petit nid douillet et on retrouve nos routes un peu délaissées la veille. On s'éloigne de la côte et on le remarque tout de suite : un brouillard assez épais nous attend en altitude... Plus on avance et plus il persiste. On commence à se demander si on va en avoir au parc : ce serait tellement chouette comme ambiance (sans compter que ça pourrait décourager les foules!). Les premiers panneaux annonçant le parc apparaissent sur le côté de la route et un peu comme par magie, la brume se lève. Sur place, on réalise très vite qu'il y a bien moins de monde que ce que l'on pensait... ou qu'à Krka. Peut-être parce que tout le monde reste sur la côte, près des villes portuaires et des îles... ou peut-être parce qu'il est encore tôt. Peu importe, c'est le genre de bonne surprise qui fait toujours plaisir.
Suivant la division du parc de Plitvice en deux, une partie inférieure et une supérieure, de nombreux chemins de randonnée sont proposés, allant de 2-3km à tout le tour du parc (pas loin des 20km il me semble). On décide de suivre les lacs et faire un mélange de deux chemins, ceux les plus longs... et on se dirige vers la partie inférieure, là par où on est arrivé. Et là, c'est la catastrophe... On est à peine arrivé sur les pontons en bois qui permettent de passer et traverser les lacs qu'on bouchonne déjà. On essaye de se faufiler entre les groupes, mais peine perdue : à peine tu en passes un que tu retombes sur un autre. Autant les pontons sont assez larges pour normalement pouvoir passer à 2 ou 3, autant là, c'est impossible avec tous les va-et-viens dans les groupes... Ça hurle de partout, ça pousse de tous les côtés, ça photobombe, ça se met devant toi, le tout sans jamais s'excuser ou même avoir l'impression que peut-être ça dérange. On se sent plus au zoo ou à Disneyland, limite il faut faire la queue pour pouvoir faire tes photos. Mon appareil reste rangé, je n'ose même pas le sortir. Ça fait à peine 10 minutes qu'on est arrivé et j'ai déjà envie de rebrousser chemin et d'aller m'isoler dans la forêt avoisinante. Je ne sais pas si je deviens de plus en plus agoraphobe mais la seule chose qui me retient de sortir est le fait qu'on vient juste de payer l'entrée. On abandonne ce coin, tant pis pour les grandes cascades de Veliki Slap, on réessayera en fin de journée si on est toujours là. Heureusement qu'on est en saison basse...













~

On avance vers le lac Kozjak... la foule commence à se disperser, sûrement parce que tout le monde est encore en contrebas... On peut enfin souffler un peu et commencer à profiter de ce lieu. On est toujours dans la partie inférieure, et malgré le soleil, on est encore dans l'ombre... Les tons autour de nous sont bleutés... C'est tellement beau. Autour du lac Kozjak, tout le monde semble se rapprocher du point restauration... C'est le bon moment pour prendre le bateau qui traverse le lac et nous dépose de l'autre côté. Avec un peu de chance, ça nous permettra de mettre un peu de distance avec la foule. Premier arrêt, rive gauche : tout le monde descend... Deuxième arrêt, rive droite : juste pour nous. Ou comment passer du cauchemar au rêve... On se retrouve d'un seul coup tout seul... Le bonheur total. Et si jusque maintenant, tout ce qu'on avait déjà vu était déjà très beau, cela pâle en comparaison avec ce coin du parc, un vrai jardin d'Eden (ou du moins, ma version). La lumière du soleil qui se reflète dans les feuilles des arbres, aux tons jaunes/orangés... Le contraste parfait avec la couleur de l'eau qui en fonction semble couleur émeraude, couleur turquoise ou même d'un bleu profond... Autour de nous, juste le bruit de l'eau qui coule, les feuilles mortes sous nos pieds venant étouffer nos pas. C'est absolument magnifique. On passe d'un lac à un autre, une cascade à une autre, toujours avec cette palette de couleur incroyable, le tout sur plusieurs kilomètres et surtout sans jamais lasser. J'ai beau avoir vu des centaines d'images de ce parc, je ne m'attendais pas du tout à ça... C'est encore plus grand, plus majestueux... et plus intimiste maintenant qu'on est seul (ou pratiquement). On se pose sur les bancs au bord de l'eau, on bouquine un peu ou on rêve, le décor largement suffisant pour faire vagabonder notre esprit... On s'amuse à regarder les canards qui cherchent à faire fuir les poissons qui restent assez stoïcs (au point où on se demande si ça leur arrive de bouger)... On joue avec une petite fille et sa mère à "I spy with my little eyes...". La différence avec ce matin est hallucinante... Le jour et la nuit.
On reprend le chemin, la sensation de passer d'un décor à un autre : parfois tout plat avec juste le lac, parfois des mini-cascades, puis soudainement on traverse une forêt pour arriver à de grandes cascades qui tombent d'une falaise... On se fait un peu éclabousser avec le vent, comme un brumisateur naturel qui fait du bien... Des petits arcs-en-ciel se forment au niveau des chutes d'eau... La bonne odeur de forêt nous accompagne tout au long de nos vagabondages... C'est tellement beau, tellement inspirant... et tellement reposant (et je n'arrive toujours pas à croire que je puisse mettre ce mot en relation avec ce parc après le départ si chaotique).
On passera tout notre après-midi à se balader... ce qui explique aussi probablement l'absence de monde, les gens préférant prendre les petits trains pour parcourir le parc ou n'ayant que quelques heures, restent plutôt autour des entrées. Mais c'est tellement dommage de passer à côté de la plus belle partie... ou en tout cas de cette partie, après tout, on a pas mal zappé le bas au départ. On y retournera en fin de journée, quand il n'y aura plus personne, le parc étant sur le point de fermer, les derniers rayons de soleil visibles depuis les hauteurs du parc... 






































| Petits conseils
    / Bien penser à prendre son pique-nique
    / On oublie ce parc en période de haute saison : c'est plus cher et encore plus infect
    / Commencer peut-être par la partie supérieure... pour être tranquille dès le début.

8 commentaires:

  1. Tout ça réveillé de beaux souvenirs... que j’ai aimé ce parc, un vrai paradis terrestre. Je déteste les araignées, mais alors je dois dire que ta photo de la toile avec le bleu de Plitvice en fond est sublime!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. C’est vraiment magnifique ! *-*
    Et magiques, toutes ces photos de cascade. Je pourrais presque les entendre d’ici. :)

    RépondreSupprimer
  3. En haute saison aussi tu as des coins déserts :)! C'est comme dans beaucoup de lieux touristiques : dans les coins les plus célèbres, tu es oppressé, tu bifurques un peu et hop, il n'y a plus personne ... alors que c'est tout aussi joli ! Je ne comprendrai jamais cette obstination des gens à suivre le chemin qu'on leur a tracé! En tout cas, série magnifique ❤

    RépondreSupprimer
  4. Mon seul regret croate, ne pas avoir poussé jusqu'à Plitvice .. c'est si beau, et avec ces couleurs automnales encore plus <3

    RépondreSupprimer
  5. Le cadre a l'air juste paradisiaque... Je comprends l'agoraphobie latente dans les lieux touristiques ! j'avais ressenti la même chose à la Chaussée des Géants même si c'était clairement moins la folie que ce que tu racontes. Les gens partout c'est vite angoissant et ça peut te pourrir une découverte ! Malgré tout tes photos sont magnifiques... Je ne connais pas le coin et ça me donne envie d'aller le découvrir !

    RépondreSupprimer
  6. Ce site semble être de toute beauté !!!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir

    RépondreSupprimer

 

/ Let's keep in touch










/ Coming Next...

Octobre - Roadtrip du côté des Balkans

-

2018 : avant-goût
Février - À la ruée vers l'Or...
Juillet - Soleil de minuit...