Roadtrip dans les Balkans : autour de Durmitor



Face à nous, les montagnes bien vertes du Monténégro... On a quitté les fjords et la mer, remplacés par ces massifs qui au début semblent si chaotiques... Les routes ressemblent presque plus à des pistes, un nuage de poussière derrière nous malgré notre petite vitesse. Des travaux en cours... et perdus au milieu de nul part, des villages mystérieusement très touristiques, où une dizaine de cars s'arrêtent, sans que l'on comprenne vraiment pourquoi. On s'éloigne très vite, laissant nos interrogations et la foule... On a après tout de bien jolies choses à voir.


// Pavlova Strana
Ah Pavlova... Ce coin que l'on voulait voir la veille mais qui a été un échec total... Entre la route fermée pour raison indéterminée, la carte GPS qui nous indiquait bien une route alternative mais qui s'est révélée être un chemin forestier et la superbe côte pour aller jusqu'à ce fameux chemin (une voie, forcément avec plein de voitures qui roulaient dans le sens inverse), ce fut péripétie sur péripétie... Comme on ne passe pas très loin sur notre route de la journée, on décide de retenter : on n'aura pas le temps de se balader dans le parc national comme je voulais faire la veille, mais le point de vue semblait si chouette sur la carte... On a un petit côté masochiste (et un tantinet obstiné)... On nous avait prévenus que la route serait périlleuse... et en fait, pas du tout : soit elle a été refaite, soit après le Paris-Dakar du jour précédent, notre standard sur la difficulté a vraiment changé. On arrive facilement (et cette fois sans mésaventure) à Pavlova Strana, une version verte du Horseshoe Bend américain, qui donne sur le lac Skadar, à la frontière avec l'Albanie. C'est superbe et on profite d'être seul, comme si on gardait jalousement le secret de ce lieu... Derrière nous un hôtel abandonné... Seul le vent vient nous porter compagnie. La vue nous fait rêver quelques instants, un aperçu de ce que l'on aurait dû découvrir... Malgré tout, on a du mal à être déçu : on aura réussi à voir la plus belle partie.







// Biogradska National Park
On reprend notre traversée du pays, passant d'un massif à un autre... On passe par la capitale, Podgorica, qui semble être formée uniquement de blocs de béton... On ne s'y attarde pas, on préfère filer directement vers le nord du pays et ses parcs nationaux. Sur la route, on longe plusieurs rivières à la couleur bien vive... Un peu vert, un peu jaune... Elle nous intrigue, on la suit, on s'y arrête... Elle continue jusqu'à l'entrée du parc national de Biogradska, le plus petit parc du pays. On est en pleine forêt, le temps un peu plus frais que sur la côte, altitude oblige mais le pull reste dans la voiture... On se balade autour du lac, où l'on aperçoit immédiatement l'effet de l'automne : la superficie est bien réduite, la terre sur les bords bien humides où l'on s'y enfonce dès que l'on avance. Sur le côté, cachée à l'ombre : la neige... Un peu surprenant qu'elle réussisse à persister vu la "chaleur". On se promène dans la forêt, le lac jamais très loin. On rencontre un groupe de petits pépés et mémés, installés confortablement sur les tables en bois, avec une belle vue sur les montagnes et l'eau et on nous propose de les joindre, de venir boire le thé avec eux et jouer aux cartes... De vrais amours.


















// Parc National de Durmitor
Dernière partie de notre route, en longeant la rivière Tara et son canyon... La couleur jaune a laissé place au turquoise cette fois. Plus on avance, plus le paysage me rappelle les Gorges du Tarn, en plus vert, plus profond et plus grand... Gros moment de nostalgie, où la découverte de cet endroit se mélange à tous ces souvenirs d'enfance d'un tout autre lieu. Le soleil se couche rapidement sur les derniers kilomètres, se cachant derrière la barre de montagnes... la fraîcheur nous ravive immédiatement : on est loin des 25 degrés du début de la journée.
Réveil au petit matin, avant le lever de soleil... On se dépêche d'enfiler les polaires et on découvre aux aurores les montagnes de Durmitor, aperçues la veille dans la pénombre. Au loin, dans la vallée, le brouillard est encore bien installé... Je m'installe sur ma petite colline, avec vue sur les montagnes et la vallée... et d'un coup, la lumière passe au rose, baignant le paysage de douceur. Les couleurs sont sublimes, comme toujours... On se croirait dans un petit écrin... Je ne sais où regarder... Devant moi et le soleil levant... Derrière moi et les rayons rosés sur le massif et la neige... J'aimerais faire durer ce moment mais aussi vite est-il apparu, aussi vite la lumière perd sa douceur. On retourne se coucher un peu, se prélasser et se réchauffer un peu avant de retourner dans les montagnes, voir le Lac Noir... qui comme son nom ne l'indique pas est couleur émeraude. Lui aussi a diminué en taille. Le lac Noir est en réalité composé de deux lacs : le premier, plus grand... et un plus petit, caché par la forêt. Les deux se rejoignent au printemps, à la fonte des glaciers et se séparent le reste du temps, l'un remplissant l'autre, à tour de rôle en fonction de la saison. On suit le plus grand dans un premier temps, sans réaliser qu'on est sorti par erreur du sentier : petit moment d'aventure pour grimper les rochers et retrouver un chemin, le tout sans tomber à l'eau... Autour de nous, tout est calme, comme si là aussi, on avait le lieu juste pour nous. Le lac et la forêt nous enchantent tellement qu'on y passera toute notre matinée...
On finit quand même par reprendre la route, traversant la chaîne du Durmitor... Massif après massif, la vue reste magnifique : de la neige, des congères sur le bord de route, des lacets, des lacs asséchés... et enfin des couleurs automnales : le vert a ici laissé place à l'ocre et l'orangé. Et puis on finit par redescendre, et le vert reprend la main. On retrouve les gorges et les rivières turquoises... Les températures remontent aussi. On s'arrête à plusieurs reprises, tout étant tellement beau. Le poste de frontière n'est plus très loin...










































Du Monténégro, on ne connaissait peut-être pas grand chose en arrivant, mais une chose est sure, on repart avec de belles images en tête et une envie de replonger dans ces parcs nationaux merveilleux.

4 commentaires:

  1. Ces photos �� Elles sont vraiment canons!
    Les paysages me rapellent un peu l'Islande et l'Ecosse pour ma part!

    RépondreSupprimer
  2. C'est splendide... belle découverte naturelles, et les photos sont très soignées. J'adore, merci !

    RépondreSupprimer
  3. Quelle merveille ce Monténégro! <3 Je meurs d'envie d'y retourner !!!!

    RépondreSupprimer
  4. waouhhhh c'est sublime! voilà une région que je ne connaissais pas et qui m'attire à la seule lecture de ce post... les photos n'y sont pas pour rien, elles sont juste topissimes...merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer

 

/ Let's keep in touch










/ Coming Next...

... Sur le blog ...
Roadtrip dans les Balkans
Roadtrip aux US : entre déserts et canyons

-

... Voyage Voyage ...
Juillet - Soleil de minuit